Chaînes de Solène Balowski

08:00

Héloïse a toujours aimé les morts aux humains. Alors que sa préoccupation première est de régler ses problèmes avec sa mère, Héloïse surprend des photographies qui n'ont rien à faire dans le cimetière. Elle ne se doute pas que ses photos vont la mener tout droit sur un sentier qui risque de la détruire.

Que lui réservent ses photos ?


Héloïse est une jeune qui ne travaille pas et qui ne sait pas ce que lui réserve son avenir. Elle doute d'elle et elle ne se sent bien que dans un cimetière. Elle habite seule, éloigné de sa mère qui lui rend tout de même visite car elle a peur pour sa fille.

"Entre les fenêtres de leur chambre, une corde invisible a été tendue : dessus, un funambule acrobate danse et tournoie, se jouant de l'attraction terrestre, sous le regard bienveillant de l'astre de nuit."

Un début qui n'était pas très prometteur car je ne comprenais pas vraiment l'enjeu du personnage mais aussi à cause de la narration du roman. Héloïse est une jeune femme qui préfère se caché aux yeux des autres mais aussi d'elle même. Elle n'accepte aucune remarque mais elle ne sait comment vivre. Sa solitude est son seul salut.

Solène Bakowski met en avant trois histoires qui s'entrecroisent. Difficiles de savoir comment on s'y retrouve sans comprendre le fonctionnement du roman qui passe de chapitre numéroté à un thème d'un songe. Héloïse a beaucoup à apprendre mais la seule personne susceptible de l'aider n'est autre qu'une vieille femme qui ne désire que de mourir. Les songes de Héloïse va la mener à vivre une vie qui n'est pas la sienne mais qui est celle d'un mort.

"M'enfermer chez moi, pour mieux m'enfermer en moi-même, me couper du monde pour m'isoler davantage et trouver, dans cette réclusion, une sérénité qui m'était interdite par ailleurs."

Entre tous ses faits, j'ai compris qu'au dépassement de la page 50 que ce roman a été un travail fastidieux. La passé, le présent et le futur se mêlent sans vraiment se retenir car Héloïse veut vivre, veut aider, le passé par lequel tout drame, tout âme à besoin de repos. Le temps n'est que fluctuation car le passé est plus que réel.

Difficile donc d'apprécier autant la lecture quand le début ne fut pas une réussite mais que j'ai pu dévorer la fin. Chaînes relate beaucoup de choses et ne revient que sur la suite d’enchaînements entre le passé et le présent. Le destin est loin d'être une chose formidable mais l'acquérir semble bien meilleur quand on sait où on met les pieds.

"Pendant quelques minutes, il se tient penché à la balustrade et paraît hésiter : se laisser avaler par la nature exubérante, le coton blanc, les massifs gigantesques, la quiétude ou bien s'y jeter tout entier, avec la ferveur engagée d'un gamin qui se croit plus fort ; affirmer son invincibilité ou accepter de n'avoir pas prise ; n'être qu'un point ridicule ou, au contraire, être le monde ; ou encore, être en équilibre et se maintenir, coûte que coûte, dans cet état de stabilité précaire."

3,5/5.
2015. Contemporaine, fantastique. Éditions Autoédité. 198 pages. 8€75.
Existe en version numérique.


You Might Also Like

0 commentaires

Popular Posts

Like us on Facebook

Instagram