Songe à la douceur de Clémentine Beauvais

08:00

Tatiana et Eugène se rencontrent à l'adolescence. Tatiana est sous le charme d'Eugène qui a un complexe sur la nature humaine et a des envies de suicide. Entre rimes et slam en passant par la poésie. Clémentine Beauvais nous conte l'histoire de deux jeunes adultes, Tatiana et Eugène, qui se recroisent après dix ans de séparation.

Vont-ils arriver à se parler et à se retrouver ?
Que cache cette histoire d'adolescence ?


Deux jeunes personnes que tout oppose se retrouvent après dix ans. Ils vont être gauche et incertains de la tournure que prennent les évènements. Clémentine Beauvais nous retrace le passé et le présent de ces deux personnes avec douceur et magie entre rime et alexandrin. Elle réussi un pari fou de créer une romance en s'inspirant d'une histoire et d'un opéra datant de 1800.

Entre incompréhension et solitude, Tatiana et Eugène vivent une vie bien à eux. Eugène est plutôt solitaire. Tatiana aime la compagnie de ses amis. Un aime travailler dans la négociation, l'autre dans l'art. Deux mondes qui vont pourtant être mis à rude épreuve.

C'est avec grâce qu'au début, j'ai eu du mal à comprendre le style d'écriture que je savais différente. Mais une fois entré dedans, la romance prend le pas sur une histoire assez basique. Une alliance entre trois voix qui vont s'allier pour nous faire aimer l'ambiance. C'est un hymne à la douceur que seul ceux qui ont le pouvoir d'aimer à outrance peuvent comprendre (donner sans contrepartie).

La poésie y est la clé et montre que même si deux personnes qui s'éloignent contre vent et marée, ils peuvent se retrouver pour le bien comme pour le pire. Une tendresse hors norme des mots ainsi qu'une tristesse infime de passages qu'on ne préférerait pas connaître.

Songe à la douceur m'a plu par sa syntaxe puis par sa beauté des mots choisis. Les personnages ne sont que deux acteurs qui vivent de sentiments incertains et de mots désuets à l'adolescence. Une grandeur sans nom qu'expose Clémentine Beauvais.

4/5.
2016. Contemporaine. Édition Sabarcane. 240 pages. 15€50.


You Might Also Like

0 commentaires

Popular Posts

Like us on Facebook

Instagram